Site photo d'Émile Leroy

Qui suis-je ?

Formé en tant qu'ingénieur généraliste à l'Ecole Centrale de Lyon, j'ai travaillé deux ans au laboratoire d'astrophysique du CEA Saclay, en tant qu'ingénieur mécanicien et thermicien. Depuis 2013, je travaille à Orléans pour des applications tournant autour des lasers.
Je pratiquais déjà vaguement la photographie à l'occasion de voyages en famille, mais ce n'est qu'avec l'intégration du club photo de l'Ecole Centrale de Lyon que je me suis réellement intéressé et passionné pour cet art. Ainsi, après m'être bien fait la main grâce aux nombreux événements à couvrir sur le campus et les conseils que j'ai pu recevoir des autres membres pendant ces trois années d'études, j'ai pris la manie d'emmener mon appareil à la moindre occasion, au risque d'accumuler d'innombrables photos sans pour autant toujours les trier, traiter et surtout partager comme il faudrait. D'où la création de ce site, qui j'espère remplira bien sa fonction.


Matériel

Appareils

Après avoir longtemps utilisé un Nikon D80, je suis passé en 2013 au D7000, le précédent commençant à se faire vieux. Pourquoi un Nikon ? Car j'ai réellement débuté la photo avec le vieux Nikon FE de mon père, et passer au numérique en gardant la même marque m'a permis de garder une base de vieux mais très bons objectifs. Ainsi, outre le D7000 (et le D80 en parallèle quand le besoin s'en fait sentir), j'utilise parfois un vieux Nikon FE voire un vieux Nikon F.
Enfin, j'ai aussi récupéré le vieux Semflex qui appartenait à mon grand-père. Un jour il faudrait que je me motive pour l'utiliser, pour voir ce qu'il a encore dans le ventre.

Objectifs

J'utilise principalement un 18-55mm et un 55-200mm basiques de chez Nikon, qui sont plutôt de bonne qualité sans être exceptionnels. Cela me permet d'être assez polyvalent sans avoir à transporter pléthore d'objectifs à chaque déplacement.
Pour les randonnées ou autres voyages courts qui imposent un matériel restreint, j'ai acquis un 18-200 Nikon VR, mais vu son faible piqué j'ai tendance à éviter de l'utiliser le plus possible. Ainsi il n'est de sortie que lorsque je n'ai pas le choix.
Parmi les vieux objectifs récupérés avec les Nikon F et FE se trouve un 50mm f/1.4 que j'utilise principalement pour le portrait. En effet, étant entièrement manuel, la mise au point est délicate à f/1.4, surtout lorsqu'il y a très peu de lumière alors que c'est dans ces conditions que son ouverture est la plus utile...
De même, j'ai récupéré un vieux 35-105mm macro, que j'utilise principalement pour cette fonction.
Enfin, faisant de l'astrophotographie, mon télescope peut être considéré comme un objectif de... 2 000mm f/11. Rien que ça. Et en parlant d'astrophotographie, j'ai récemment ressorti le 85-250 f/4, qui, une fois monté sur monture motorisée de télescope, permet de prendre des photographies grand champ de nébuleuses.
Dernièrement, ma gamme s'est encore agrandie avec le 11-16mm f/2.8 de Tokina, permettant d'englober encore mieux tout paysage terrestres ou célestes.

Le reste

Pour compléter tout ceci, je possède un flash cobra basique, une télécommande sans fil qui me permet aussi bien de délencher à distance que de déporter le flash et enfin un trépied. Recemment, quitte à être redondant avec la télécommande, j'ai acquis une télécommande filaire pouvrue de la fonction intervallomètre, afin de me lancer dans le time lapse.